Sébastien Fayard est un artiste comédien performeur Français vivant à Bruxelles. Il a étudié le secrétariat, la comptabilité, le cinéma, la musique, la photographie et le théâtre. Il collabore avec différents metteurs en scènes, artistes plasticiens et chorégraphes dont la Cie System Failure  avec qui il se produit régulièrement sur scène. Depuis 2012, il se consacre à une série photographique et vidéo intitulée " Sébastien Fayard fait des trucs "  série publiée en livre aux Editions Yellow Now en 2016. Il est soutenu et accompagné par Alain de Wasseige de la Galerie 100 Titres à Bruxelles et a rejoint l'atelier studio de la Brussels Art Factory en décembre 2017.

« Acteur et performeur de (dé)formation, Sébastien Fayard livre ici une série en cours, inédite, de clichés qui détournent, c’est le cas de le dire, des clichés. Le procédé est simple mais inusable : prendre les choses au pied de leur lettre, exploiter les ambiguïtés et les doubles sens des phrases toutes faites, des métaphores éculées, des formules journalistiques, des poncifs en vogue. Faisant ses trucs, il en défait pas mal d’autres – des attentes, des snobismes, des poses et des postures, des idées reçues, des présupposés logiques. Pour bien comprendre il faut se méprendre, et accepter surtout un paradoxal et étroit entrelacs entre stupidité et lucidité. […]

 

[…] Car l’air de rien et sans avoir l’air d’y toucher, à travers de petites mises en scène absurdes et des jeux de mots flirtant volontiers avec le consternant, Sébastien Fayard élabore une entreprise non seulement très drôle, mais aussi pertinente et impertinente, utilement critique et irrévérencieuse envers les diktats de l’art ou l’autoréférence triomphante, le règne des ambitions ronronnantes ou encore les épineuses et robustes imperfections de notre quotidien en société... 
Bref, il fait des trucs, oui. Et d’autres, aussi. Dans sa tête et dans la nôtre. Il se fait des plans dans un cinéma de poche... S’invente un monde et bricole le langage, avec cette obstination naïve, cette énergie vitale, cet entêtement joyeux et fébrile qui sont, le plus souvent, l’apanage des grands artistes - ou des tout petits enfants. A celui qui repousse dans le langage les limites de l’image, que de mondes alors ne sont-ils pas promis, à condition de laisser au vestiaire son sérieux et son vocabulaire, et d’emboîter le pas d’un radical dyslexique photographique. 
Sébastien Fayard n’est pas un pseudonyme ; et on ne lui connaît à ce jour, fort heureusement, aucun homonyme ni paronyme. Du coup, douze autres volumes sont en préparation ».

 

Emmanuel D’Autreppe, éditions Yellow Now.

© Sébastien Fayard 2017.

Coupe de Cheveux